jeudi 15 juillet 2021

Dernière fusée

Ce matin, une amie très chère à mon cœur s'en est allée. Même si c'est évidemment une bien triste nouvelle, je remercie sa famille de m'avoir reçu et particulièrement la jolie Hélène pour le cadeau qu'elle m'a fait en m'offrant le juzu de sa grand-mère.
Ariane restera pour moi cette vieille dame pleine de joie et d'une évidente élégance.
Ce soir, elle dansera avec les étoiles.

mercredi 30 juin 2021

Le Presidio du Moulin

Nous étions une bonne centaine pour l'inauguration du Presidio du moulin à Villarodin-Bourget (beaucoup plus que lors du meeting d'EELV à la Bastille). 

Mise à part l'expression de la lutte contre ce grand projet inutile et mafieux qu'est le percement du tunnel Lyon-Turin, ce fut aussi un moment de réflexion sur le monde que nous souhaiterions laisser à nos descendants. 



Le Bourget devient le premier village gaulois qui résiste face à l'ignominie du Lyon-Turin.

jeudi 24 juin 2021

Face au Lyon-Turin, la Maurienne réagit enfin.

Un presidio est une vigie, un lieu de rencontres, de partage et d’information pour débattre, pour réfléchir à des alternatives et pour s’opposer au percement du nouveau tunnel Lyon-Turin. Celui de Venaus, par exemple, est magique. J'y ai fait de belles rencontres (Erri De LucaAlberto Perino ...). 




La Maurienne a été longue a comprendre l'escroquerie qui mènera à la destruction de ses montagnes.
Enfin elle réagit.
Ce samedi 26 juin, venez nombreux à Villarodin-Bourget pour soutenir les habitants dans leur opposition au Lyon-Turin. Vous verrez,  par vous même, l'ampleur des dégâts déjà occasionnés.



J'avais d'ailleurs fait une vidéo sur le terrain en mars 2016 :




En voici le corolaire réactualisé en juin 2021 :

vendredi 18 juin 2021

Déconfinement

Juin 2021, les choses semblent s'arranger, le temps des cerises revenu. Cependant, elles n'ont pas le même gout. Le retour à un état antérieur est illusoire. Penser que les affaires vont reprendre est également une bévue. 

La µexpo a quitté le Chimère café fin aout 2021.


lundi 7 juin 2021

Finalement (???)

Ca part dans tous les sens, ça se télescope, s'entrechoque, se diffracte sans jamais se cristalliser, sans jamais se poser .... 

 

Mon tirage du tarot pour la semaine : " L'Arcane sans nom "


L’arcane sans nom est la treizième lame du Tarot de Marseille. Elle représente un squelette tenant une faux, un pied dans une terre noire d’où émergent des têtes, des mains , des pieds et des os. Ce squelette symbolise notre structure, ce qui est essentiel en nous. Il fauche ce qui est passé et fait surgir des choses de notre inconscient, la terre noire. L’arcane sans nom représente le fait de faire table rase du passé et de passer à autre chose. Il ouvre une page nouvelle de notre vie. Il dit non à ce qui est dépassé, obsolète. Image d’une énergie vitale essentielle, il fait du ménage et se débarrasse de ce qui entrave, de l'inutile. Il structure et s'organise pour aller de l’avant. L’arcane sans nom symbolise une action radicale et une transformation profonde de notre existence. C’est une source de renouveau


Alors, je trie. Je range. J'élague. Je fais du vide. Je me transforme en profondeur. Je nettoie mes vieilles idées. Je balaie mes clichés. Je change mes habitudes. Je passe à autre chose. Je tire un trait. Je me restructure et j’avance. Je me tourne vers l’avenir. Je déblaie ce qui n’est plus utile. Je vais à l’essentiel. Tourner certaines pages est parfois difficile car cela demande d’arriver à se détacher du passé et des vieilles idées Cela me rend agressif et blessant. Je dois faire des deuils. C'est très radical mais ma santé est à ce prix. 

jeudi 29 avril 2021

Larme à l'œil - lacrima negli occhi

Malgré la propagande mensongère de la TELT, à grand renfort de vidéos impressionnantes, les Mauriennais commencent à comprendre que leur terre va être dévastée. 


De l'autre coté de la montagne, les italiens ne lâchent rien et le mouvement NOTAV fédère de plus en plus. 


 


Ce projet ne préserve pas l’environnement. Il crée des milliers d’hectares de nouvelles voies sans arbres où sont utilisés les désherbants et en laisse les marchandises circuler sur la route pendant la durée des chantiers. Ce seront des millions de mètres cubes de béton coulés, les émissions de CO2, les rondes de camions de transports de matériaux, les pollutions et les roches entreposées, les pertes de terres agricoles, les destructions d’espèces et d’habitats protégées. Après avoir déjà tari irréversiblement les sources, artificialisé des milliers d’hectares de terres agricoles, il détériore le climat et l’environnement.
Le gain d’émission de CO2 et de gaz à effet de serre ne couvrira pas les émissions du chantier avant au moins 50 ans. L’utilisation correcte des voies existantes permettrait de le réduire immédiatement.

Se taire c’est laisser faire et être complice d'atteintes à l’environnement.

jeudi 8 avril 2021

Plus petit qu'un quark

" On jalouse parfois le savant qui s’étonne de la diversité du monde. Pour ma part, tantôt j’admire aussi le quark et le pulsar, tout ce qui les relie et qui les environne, tantôt cette splendeur me semble monotone voire obsédante à la façon d’un cauchemar " Jacques Réda


        Mon ami Jean-Louis BASDEVANT (ici sur France Culture avec Jacques Réda) vient de m'envoyer son maintenant rare " 12 leçons de mécaniques quantiques " amicalement dédicacé. 
Merci à lui pour sa patience quand il m'initie à sa démarche scientifique et pour tout le reste aussi :

- A Pierre-Louis Goirand, merveilleux artiste et ami. En espérant que ces lignes, qui ont plu à beaucoup de mes élèves, seront assimilables. Avec toute mon amitié - Jean-Louis Basdevant.

- Quand j'ai lu votre dédicace hier matin dans l'ascenseur, j'étais très "é µ". Les ascenseurs sont les lieux de solitude idéaux quand on se " plank " et que les larmes arrivent. J'ai la chance d'habiter au dernier étage avant la dizaine. L"A-censeur" est vieux, lent, mais fiable. "



vendredi 2 avril 2021

Ce monde parfait !

Réédition augmentée du 23 novembre 2016

« Il faut mettre la société au service de l'école et non pas l’école au service de la société » disait Gaston BACHELARD. Pourtant, aujourd'hui, l’école nuit au développement personnel des enfants. Elle prône, de plus en plus tôt, une mise en phase avec un model unique, vise l’optimisation de la performance et laisse de moins en moins de place pour la réflexion, le sentiment et l'expression.



Formater les enfants pour en faire de bons conso-acteurs et appeler cela l’ « intégration sociale » est une supercherie: Le moule scolaire interdit toute dérive idéologique autre que celle qui prône l’ultralibéralisme à tout crin et la consommation de masse.



L'Histoire, la Philosophie, les Arts ou la Littérature ne seront bientôt plus dispensés dans les écoles car ces matières peuvent éveiller la curiosité des plus jeunes et risquent, par la suite, d'en faire de vilains réfractaires.

La différence, cette source d'inspiration et de créativité, pourtant tellement vitale pour changer ce monde en pleine déliquescence, n'est plus admise.

Les restrictions imposées aux enfants font parfois penser que l'autisme serait une réponse presque reptilienne du tout petit face à l'agression sauvage dont il est victime. Avec son classique repli vers un monde personnel meilleur, l'autisme serait, alors, le premier refuge de la conscience naissante.
Accepter ou pas un monde qui place l'argent, le pouvoir et la violence comme les plus belles des valeurs est une option de vie que l'on devrait pouvoir mûrir librement. Ce choix est pourtant interdit et est même répréhensible. Les programmes de l'Education Nationale sont obligatoires jusqu'à l'âge de 16 ans . Ne pas y adhérer est un pari dangereux où le jeune adulte insoumis risque de se voir renvoyé sur le banc de touches de manière violente et rapide.




La loi et la justice protègent la société contre ceux qui ne se conforment pas aux règles imposées par les plus puissants. La sanction la plus courante demeure l'emprisonnement mais, de tout l’arsenal juridique, les soins psychiatriques sans consentement et plus particulièrement l’hospitalisation d’office (appelée aujourd’hui « soins psychiatriques sur décision d'un représentant de l'état ») sont les plus abjects. Sous prétexte d'une déviance, ils répondent, à l’avance, et souvent arbitrairement, à une éventuelle mise en danger du système par ceux qui pourtant le constitue et pourraient même le faire évoluer demain.

« Sur le fondement d'un certificat médical circonstancié émanant d'un psychiatre, le préfet prononce par arrêté l'admission en soins psychiatriques d'une personne dont les troubles mentaux nécessitent des soins, compromettent la sûreté des personnes ou portent gravement atteinte à l'ordre public », ainsi, sans qu’aucun reproche ne puisse lui être fait, hormis celui de ne pas penser « comme il faut », les psychiatres, souvent avec l’aide de la police, se chargent du sale boulot et de la « reconduite dans le droit chemin » et de faire ré adhérer le déviant au modèle. La psychiatrie est le bras séculier des lobbies et des politicards. Elle incarcère et reprogramme les plus rebelles d'entre nous sous prétexte, qu’un jour, ils pourraient être dangereux. 

Quand le dispositif psychiatrique se referme, nous comprenons que nous venons de nous faire prendre et que notre calvaire durera jusqu’à la mort. Notre vie sera différente de celle que nous projetions et notre destin sera bouleversé. 

Plus nous nous agiterons, plus nous protesterons, plus nous tenterons de nous justifier, plus violente sera notre souffrance. 

De la contention aux neuroleptiques, l’arsenal barbare de la psychiatrie est vaste et puissant.
Les plus rétifs, mutilés par l'ablation d'un bout du cerveau, seront définitivement transformés en de dociles légumes. Malgré toutes les croyances, la lobotomie est toujours pratiquée. La recommandation 1235 de 1994, relative à la psychiatrie et aux droits de l’homme (Assemblée parlementaire du conseil de l’Europe) l'évoque et stipule d'ailleurs qu’elle, et la thérapie par électrochocs, peuvent être pratiquées « si le consentement éclairé a été donné par écrit par le patient lui-même ou par une personne choisie par le patient pour le représenter, un conseiller ou un curateur et si la décision a été confirmée par un comité restreint non composé uniquement d'experts psychiatriques ». 




Il faut quelques fractions de secondes et un verre d’eau (ou le temps d'une injection) pour commencer un traitement par neuroleptiques, mais, après, il sera pratiquement impossible de l'arrêter.

La rechute inévitable qu’entraînerait l'arrêt du traitement est l'une des nombreuses épées de Damoclès brandies par le personnel des hôpitaux psychiatriques. L'est aussi celui de l'instauration d’un état de pathologie chronique. Ainsi effrayé, le patient ne pourra qu'adhérer au programme de soins. Comme révélée, il y déjà longtemps, par Henri LABORIT ou Stanley MILGRAM, parler de « neuro-plasticité provoquée » pour créer la soumission n’est pas aberrant. 

La perte de confiance en soi provoquée par l'autoritarisme abusif des personnels de santé trouve ses fondements dans la peur, la menace et l’infantilisation avec tout un contingent de phrases et de gestes qui seraient presque anodins dans un autre contexte. 

La chambre d'isolement est une brimade courante. 

La contention fait qu'à cause du manque de personnel, le patient peut se retrouver sanglé sur un lit pendant plusieurs semaines. On lui mettra une couche culotte et on lui injectera un produit anticoagulant chaque jour. 
La description d'un futur, de toute façon pourri, peut aussi conduire certains patients au suicide. Les psychiatres, bien sûr, diront, alors, que c'est à cause de la dépression liée à la maladie. 

Dans la société, le lien social n'existe plus. Les rapports y sont de plus en plus superficiels et les contraintes de plus en plus fortes mais c'est bien pire dans les institutions. Il y a tellement de misère humaine et de maltraitance dans les hôpitaux psychiatriques que peu arriveront a y supporter un séjour. Le dictât des autorités est tellement lourd qu'il ne peut être qu'abusif et illégitime. 

Soit tu adhères à cette société, soit, comme tu ne peux pas la quitter, la psychiatrie t’en éliminera, sans aucune concession ni le moindre regret.

jeudi 25 mars 2021

Chronovélos à Grenoble

A l'occasion de la Ruche aux projets participatifs de 2016, j'avais présenté une autoroute à vélos.  Assez bizarrement, il avait été changé de catégorie au dernier moment par le personnel municipal passant de la catégorie petit projet à gros projet. Pendant la présentation, la vue ci-dessous n'a pas pu être projetée alors que tout mon argumentaire était basé sur elle. Comme on le voit sur la vidéo, j'en ai été fort dépité et passablement énervé pendant cette présentation au public.



Malgré tout cela, il ne me manquait que 3 points (sur 250) pour que le projet soit validé. Dommage !

2019 : On reparle des autoroutes à vélos :
Quand en 2016, mon projet avait été retoqué je ne m'attendais plus à le ressortir des cartons. Pourtant en début d'année, Jacques Wiart, conseiller municipal en charge des déplacements, m'invitait à participer à l'élaboration d'un document diagnostiquant les conflits d’usages observés entre les cyclistes, les piétons et automobilistes dans toutes les rues de mon quartier. Avec d'autres habitants, nous avons planché pendant 5 ou 6 séances sur les différents points noirs et, naturellement, j'ai ressorti mes vieux croquis.
 

Je ne sais pas si mon projet, renommé chronovélo, aboutira un jour mais, j'ai été visionnaire. Je remarque qu'à l'heure où l'on fait de belles autoroutes à vélos un peu partout dans la ville, notre quartier (Aigle-Foch-Libération) est complètement délaissé. 

Plus ça va, plus les piétons sont gênés par les vélos, les trottinettes et les scooters qui prennent les trottoirs pour des pistes cyclables .  Face à l'immobilisme de la mairie et de la métro, j'avais tourné une vidéo  début 2019 mais, depuis, c'est bien pire. 


Cette fois, c'est grave :
Mon quartier devient un mausolée :




samedi 20 mars 2021

Échanges avec le Professeur Stéphane Velut

Stéphane Velut est un neurochirurgien et écrivain français. 
Avec la Chimère citoyenne, nous organisions une petite discussion  au sujet de "L'hôpital, une nouvelle industrie – Le langage comme symptôme", Paris, Éditions Gallimard, coll. « Tracts » (2000).
 

jeudi 11 mars 2021

Fukushima blues

The 10-years Anniversary



Travailler dans les centrales nucléaires est une expérience unique. Dans les centres de production nucléaire la vie d'un homme n'a pas beaucoup de valeur si on la compare au prix de l'énergie. Le monstre de béton et de ferraille réduit, ici, le travailleur à une fonction de " chair à neutrons ". Il ne lui est plus demandé de bien faire son boulot mais de le faire vite. La production est prioritaire. Ne pas le comprendre peut amener à faire n'importe quoi, le comprendre amène au burn-out mais quand il s'agit de faire fonctionner la machine, cela n'a aucune importance.

Dans cette vidéo, j'évoque à nouveau le stress qui a été le mien pendant les 3 ans consécutifs et où j'ai été responsable d'interventions pour la société Merlin-Gerin (devenue Schneider-Electric puis Rolls-Royce Civil Nuclear). Trois années à un rythme effréné, loin de chez moi et dans un milieu très anxiogène.
Même si c'est illégal, je n'ai pas eu un jour de repos pendant cette période, parcourant la France dans tous les sens avec ma petite voiture, j'intervenais rapidement et le plus efficacement possible avec ou sans mes gars. 
Je garde un souvenir ému de cette période qui pourtant s'est mal terminée. 

jeudi 28 janvier 2021

... une oasis ! (2)

" Nous avons besoin de vivre dans des petites oasis de vie et de fraternité. Notre avenir ce sont les petites compagnies de théâtre, les petites associations, les films avec des petits budgets, les petits bistrots, les petits restaurants, les petits chapiteaux, les petits commerces, les petites entreprises, les petites maisons, les petites voitures, les petites plages, les petits bateaux, les petits ilots entre le ciel et l'eau. Tout toujours accessible à tous. 
On peut très bien vouloir rester petit et avoir de très grandes ambitions. Ce sont, par exemple, les nouvelles petites structures agricoles qui vont nous permettre de nous protéger de la lente destruction de la planète que nous craignons tous. Le petit commerce au service de la qualité et non de la quantité. Il faut en finir avec les grands nombres, les grands chiffres, les grands calculs.

Nous ne sommes pas fait pour vivre comme des fourmis au service d'une seule tête grossièrement pensante. Nous sommes fait pour vivre dans des cercles restreints à taille humaine comme on dit. La fraternité vraie peut-être revigorante au sein des petits groupes.
La répartition des richesses devient une obligation absolue si nous ne voulons pas sombrer dans de nouvelles dictatures mais aussi la multiplicité des groupes, des idées, le changement continu, l'intermittence des compétences du pouvoir aux manettes. 



La pandémie nous ramène à notre solitude, elle nous fait ressentir vivement le manque de l'autre, des autres et nous fait entrevoir le danger de violence et de brutalité que représente les grands rassemblements, les grandes utopies, les grandes surfaces commerciales, les grands bénéfices, les grandes fortunes, les grandes institutions où les pouvoirs doivent obligatoirement assujettir, abrutir ou exploiter pour s'imposer. "

 Edgar MORIN


mercredi 28 octobre 2020

Sono decisamente Erri

 

« Je ne peux pas dire que je sois athée. Le mot d'origine grecque est formé du mot "theos", Dieu, et de la lettre "a", alpha, dite privative. L'athée se prive de Dieu, de l'énorme possibilité de l'admettre non pas tant pour soi que pour les autres. Il s'exclut de l'expérience de vie de bien des hommes. Dieu n'est pas une expérience, il n'est pas démontrable, mais la vie de ceux qui croient, la communauté des croyants, celle-là oui est une expérience. L'athée la croit affectée d'illusion et il se prive ainsi de la relation avec une vaste partie de l'humanité. Je ne suis pas athée. Je suis un homme qui ne croit pas. »

Extrait de « Première heure » - Erri de Luca

 (merci à Roxane)

samedi 18 juillet 2020

... une oasis !

En ces mois d'été 2020 et après la µexpo (encore visible à l'intérieur) où étaient mises en scène quelques cartes mentales et réflexions sur les liens et les interactions entre Humains, Elisabeth SÉNÉGAS m'offre la vitrine du Chimère café, 12 rue Voltaire, Grenoble, pour y exposer "... une oasis !" une toile de 115 X 75 (techniques mixtes).
Elle est la dernière de la série Collapsologie, commencée après la sidération qu'avait provoqué chez moi la fréquentation de quelques amis écologistes et économistes alternatifs, une réflexion sur l'effondrement de la société industrielle et de ce qui pourrait lui succéder.. S'il est urgent de ralentir il nous faut surtout être force de proposition et penser par quoi remplacer le système néolibéral.

Depuis le déconfinement, qui n'a pas tenu ses promesses, une grande crise ne fait plus aucun doute. Je cherche cependant à rester optimiste, explorant d'abord la piste du surrvivalisme, puis celle du "localisme et du communalisme" où la survie ne serait pas individuelle mais communautaire. A l'échelle d'une ville, les spécificités et les talents de chacun deviendraient la ressource de tous.
Aujourd'hui, il n'y a guère qu'au niveau local que peut commencer une mutation sociétale. Attendre que la nomenclature étatique légifère et règle tous les problèmes par ses systèmes administratifs complexes, inefficaces et lents n'est plus possible. L'idée de production collective de confiance, en limitant au maximum les intermédiaires, à la manière d'une bockchain couplée à une monnaie locale, peut devenir un modèle coopératif adaptable aux fonctionnement urbain. Avec une entraide de qualité, le peuple n'aura pas à prendre le pouvoir, le peuple sera le pouvoir.
En ces périodes troubles, il pourrait ainsi subsister des îlots, des oasis de fraternité (notion chère à notre parrain Edgar Morin).



«  Les portes de la ville resteront ouvertes pendant toute la journée; et même, elles ne seront jamais fermées, car là il n'y aura plus de nuit. On y apportera la splendeur et la richesse des nations. Mais rien d'impur n'entrera dans cette ville, ni personne qui se livre à des pratiques abominables et au mensonge ...  À la fin de l'histoire des hommes, la ville parfaite, contiendra parfaitement tout ce que l'homme attend lorsqu'il désire la ville : sécurité, survivance, vivre ensemble… »
Apocalypse 21.

«  Des villes et des villages renaît l'espérance. Les temps qui viennent seront rudes. Homoeconomicus a vécu. Sur les ruines des dogmes, notre chemin sera de cultiver notre courage. Et nous puiserons dans nos poèmes la force de rendre envisageable ce qui n'a pas encore de nom. ». 
Eric PIOLLE (Grenoble - 2020).

« Plus les libertés s'accroissent, plus les contraintes qui imposent l'ordre diminuent, plus s'accroissent les désordres inséparables des libertés, plus s'accroît la complexité sociale. Mais l'extrême désordre devient destructeur et la complexité se dégrade en désintégration. La seule chose qui puisse protéger la liberté, à la fois de l'ordre qui impose et du désordre qui désintègre, est la présence constante dans l'esprit de ses membres de leur appartenance solidaire à une communauté et de se sentir responsable à l'égard de cette communauté. Ainsi donc l'éthique personnelle de responsabilité/solidarité des individus est aussi une éthique sociale qui entretient et développe une société de liberté. Cette éthique contribuerait à la réhumanisation de la société ainsi qu'à la régénération du civisme, lequel est indissociable de la régénération démocratique ».
Edgar MORIN (2020)




vendredi 20 mars 2020

Pandora [Le chat & le virus]


Notre petite chatte, Pandora, est habituée au confinement mais aujourd'hui, elle est obligée de partager son espace vital avec les 4 autres membres de la  vodoofamily . Elle râle un peu.
Tant que restera un débit internet acceptable et que la fourniture en gaz et en électricité sera assurée, tout ira bien.


lundi 20 janvier 2020

Burn-out / Exposition à l'Atypik


Pierre-Louis GOIRAND
aka
phase3


expose à l’Atypik, 10 place Edmond Arnaud, Grenoble



La peinture est avant tout un moyen d'exploration mentale, expression de la révolte et de la résistance à la souffrance psychique. Inexprimable par des mots, elle est comme un mode d'emploi pour accéder à la « Santé »  au sens antipsychiatrique du terme.



samedi 11 janvier 2020

Expo à l'ATYPIK

Il y avait eu psychiatrists tried to kill phase3 en 2016 :


« - Je travaillais chez R (R.C.N) 

- Je me demande comment on peut travailler dans une usine parce que j'estime que dans une usine on est enfermé, vous êtes là toute la journée, avec les bruits de moteurs et tout ça … 

- Vous avez vachement raison ! C'est dégueulasse. Je me demande comment on fait pour arriver à rester dans une usine, comme vous dites « enfermé ». On est contrôlé. Déjà, il y a cette espèce de division qui se créée entre les ouvriers … Et en plus de ça, il y a la maîtrise qui nous harcèle qui est toujours derrière nous … les contre-maîtres … C'est ça. C'est vraiment dégueulasse ! Vous avez raison, c'est très dur ! 

Seulement on a pas d'autre choix … »       


Jean Rouch – Edgar Morin - Chronique d'un été (1960)


Puis il y eu mon burn-out nucléaire qui me value une nouvelle hospitalisation en février 2017.



Ainsi, à partir du 17 janvier 2020, l'Atypik exposait mes nouveaux dessins et toiles liés à cette expérience douloureuse, sous le titre :

" BURN OUT "





jeudi 5 décembre 2019

The Toy Dolls (40th Anniversary Tour)

Olga & Co étaient hier soir à Grenoble pour la troisième fois. Cette tournée des Toy Dolls fête le 40ème anniversaire du groupe. Comme ce fut le cas les 2 autres fois où ils sont venus ici, nous y étions. 





Plus de vidéos du concert ? Cliquez > ICI <

samedi 23 novembre 2019

Micro-Expo / n°13 - CORPORALITÉ




La micro-expo résonne (dans le vide) au 

Chimère Café - 12 rue Voltaire - 38000 GRENOBLE

(La résonance est ce qui provoque une réponse chez quelqu'un, ce qui l'émeut)



mardi 29 octobre 2019

La mort du nucléaire français


J'ai passé 30 ans de ma vie à travailler dans le nucléaire civil.

 Après 3 premières années de gloire comme chef de chantier dans les centrales et un premier burn-out sur le site de Saint-Laurent-Des-Eaux m'ayant conduit en hôpital psychiatrique à la demande du préfet du Loiret (HO), j'ai été reclassé dans des travaux de réparation de moindre importance et  bien moins bien payés.

17 ans plus tard, après de grands efforts et malgré une santé devenue vacillante,  j'ai été nommé contrôleur technique. Devenu " cocheur de cases " et " rafistoleur de malfaçons ", j'observais les compétences techniques de mes pairs s’effondrer de manière alarmante. Les plus anciens partaient à la retraite sans demander leur reste, les plus jeunes étaient mal formés et les autres étaient englués sous la paperasserie de protocoles devenus monstrueux.

Les plus incompétents étaient les seuls promus car le directoire savait qu’eux ne feraient pas de vagues.  

Au mépris de la sureté nucléaire, il n'y avait plus qu'un seul mantras,  une seule litanie :  " faire du fric ".  Me sont alors venus les interrogations et les scrupules vis à vis de mon métier ainsi salopé.

Quand j'ai tenté d'alerter ma hiérarchie (ou même certains grands chefs) sur la baisse des compétences et la dégradation du savoir-faire, ils ont ressorti mon passé psychiatrique et m'ont rendu la vie de plus en plus difficile en me chargeant de toutes sortes de travaux supplémentaires comme la rédaction d'articles pour le journal interne ou la mise en place du protocole 5S de mon service.  

La mauvaise qualité du travail que je devais ensuite contrôler dans l'atelier de réparations impliquait aussi une surcharge de mon activité car je me faisais un point d'honneur à avoir un indicateur de retour clients égal à zéro et je reprenais souvent moi-même le travail mal fait. 
On me demandait d'être rapide et peu regardant sur la qualité de mes contrôles mais j'étais tout le contraire. 

Toutes les conditions étaient alors réunies pour mon ultime burn-out. C'était il y a 2 ans.

Aujourd'hui,  je suis heureux d'avoir quitté ce grand barnum et que les évènements me donnent enfin raison.

samedi 5 octobre 2019

Micro-Expo / n°12 - FINITUDE


La finitude qualifie, dans le langage courant, ce qui est fini, le caractère de toute chose qui possède une limite au moins sous un certain rapport. Pour l'être humain, dont l'existence est limitée par la mort, la finitude s'entend principalement, mais pas seulement, par rapport au temps : c'est donc un trait, voire une définition, de sa condition essentiellement mortelle. Mais la finitude concerne également les limitations de nos facultés, et, en particulier, de notre faculté de connaître (par les sens et par l'entendement).
Le courant humaniste, qui met au premier plan de ses préoccupations le développement des qualités essentielles de l'être humain et sa capacité d'auto-détermination va avoir à résoudre le paradoxe que lui impose la prise en compte de la finitude concrète des capacités humaines.
Considérée sous le rapport de la fragilité de notre condition, éphémère et changeante, à notre opacité, la finitude s'oppose à l'immuable ainsi qu'à la transparence.



samedi 7 septembre 2019

Micro-Expo / n°11 - EXISTENCE

Le  local du Chimère Café était trop petit. Alors, pour préparer la venue d'Harmut Rosa des 29 et 30 novembre, Agustin Casalia est intervenu à la librairie Arthaud pour le deuxième petit déjeuner philosophique. 



Dans les années 80, issu de la société de consommation et de l'individualisme de masse », le Graffiti naît de la volonté d’expression d’une génération pour laquelle se rendre visible au plus grand nombre, laisser sa signature visuelle, quitte à s’affranchir des lois et des règles communes, c'est exister et paradoxalement faire société.