société du désespoir my beautifull selfish rock'n'roll phase3 thephase3 Voodookids nucléaire mes voyages grenoble art punk économie politique crise musique écologie capitalisme vidéos NOTAV USA croissance décroissance fukushima révolution Archéa bilbo peinture rock consommation diesel pollution savoie Italie RIP culture europe graffiti la norma maurienne st jean de maurienne Elections Européennes NYC Nouvelle Donne france japon loulou police schizophrénie électricité 5 stelle 9/11 Basquiat Marilou anniversaire camions country cyberpunk david lynch drogue electeurs grève générale guitare libéralisme piolle sexe ski Halloween Philippe PERRIN Villeneuve allemagne bashung berlin cgt england festival johnny cash kraftwerk larrouturou lynch lyon marc loiseau municipales neige parabellum phreadz psychiatrie ressources sarkozy suisse the ramones tram voiture wall street élections Ahoqee Amy Winehouse Bernard Lavilliers Caza Couleur3 Daniel Darc H1N1 Higelin Hollande Iran Jean Joseph Pacôme Jeremy Rifkin Lennback Mélenchon Noam Chomsky Paul ARZENS Rabhi Richard Blues Tchat TramE Trierweiler Yves Blanc amsterdam barcelona bettencourt blade runner bluebob bouck'n'roll boycotes bulle cater caterpilar catterpillés chevaux chevrolet chrysta bell cigarettes covent garden cuba cuisine danse escrime forum gainsbourg gallotta georges rey grippe A guerre immobilier jacno kidult le zize livre london low cost macba montagnes occupy oth paul jorion photographies pil poutine prison pussy riot putin radioactivity ramones religion russia réforme salut les anges schultz seesmic spain stiegler subprimes the clash the cramps tiil vacances valls vercors woerth

vendredi 16 janvier 2015

NOTAV : Lutter plus que jamais !

On dit partout que la ligne TGV Lyon-Turin devrait finalement voir le jour.

Je me suis intéressé, presque par hasard, à cette aberration économique, sociale et environnementale qui n'est, en fait, qu'un vaste détournement mafieux des capitaux italiens, français et européens.

Très peu de temps après, j'ai vu le traitement que l'état italien (berlusconien à l'époque) infligeait à son propre peuple, des gens paisibles, souvent âgés, qui n'aspirent, pourtant, qu'à vivre sereinement le reste de leur age.

Le peuple du Val de Suse, lui, ne veut pas de ce projet pharaonique qui détruira leur belle vallée. Ils disent non à cette dilapidation de l’argent public (surtout dans ces périodes de crise économique). Non encore aux campagnes de criminalisation et aux accusations de terrorisme dont ils font régulièrement l'objet de la part des médias corrompus et à la botte du pouvoir.

La résistance est maintenant organisée et s’appelle NOTAV.

En France, les opposants sont peu nombreux.
Certains des " Crétins des Alpes " voient dans ce tunnel une occasion de se faire du fric grâce aux indemnités d’expropriation.
Plus naïfs, certains s'y voient déjà embauchés comme tunneliers (!!!)
D'autres, encore, rêvent au développement du tourisme. Il n'y a, pourtant, que très peu de chances que les TGV s'arrêtent un jour à St Jean de Maurienne. Et puis, croyez vous vraiment qu'il y aura encore de la neige dans les quelques modestes stations de ski mauriennaises où actuellement, et même à grand renfort de canons à neige, les choses tournent à la tragédie ?

J'ai pris cette photo de la Norma (réputée pour son enneigement) le 11 janvier 2015

L'avidité légendaire des mauriennais, la manière dont on leur a bourré le mou, un chantier d'une vingtaine d'année et le non report rapide du trafic des camions sur les rails (alors qu'il serait déployable en quelques mois) vont faire que leur vallée va très vite devenir invivable.

Pour finir, cette vieille vidéo, longtemps indisponible sur Dailymotion, explique très bien toute l’aberration du projet TGV Lyon-Turin :

lundi 17 novembre 2014

Planète Bleue n°8

A l'occasion de la sortie du CD de musique " La Planète Bleue n°8 " Yves Blanc (réalisateur) et Caza (illustrateur) donnaient une soirée de dédicaces et une conférence à La Casemate de Grenoble.


Le site : La Planète Bleue


Mes mots dans le Livre Bleu :
Phase3 (Grenoble, France) (15 novembre 2014)
Lanceurs d'alerte ou simple témoin d'une civilisation en perdition, nous le savons tous : "Les arbres ne vont jamais jusqu'au ciel".
L'idée est peut-être aussi que, comme au Japon avec Fukushima, la Nature, l'Energie, Dieu (appelez ça comme bon vous semblera) sera toujours la plus forte. Toute prospective, parce qu’erronée, est alors inutile.
Merci pour ces émissions explorant le champs des futurs possibles, même si peu des scénarios se réaliseront et pour la soirée du 14/11/14 à la Casemate de Grenoble.
Aujourd'hui, le meilleur des cadeaux que puisse faire l'Humanité à cette "Planète Bleue" est, surement, de disparaître.
Amitiés.



dimanche 9 novembre 2014

I will not Spray for you as you didn't do it for me

Le dimanche 26 octobre, à l'occasion d'un festival de Graffiti sur les quai de l'Isère, avec mon fils Louis aka Loulou, je suis allé retâter, du spray sur les quai de l'Isère, après pratiquement 30 ans d'inactivité.

Ici, petit test (presque minable) de bombage au sol (mais avec le pochoir historique). 



De 1984 à 1988,  je n'achetais jamais de peinture, jusqu'au jour où je me suis fait coincé dans une droguerie de St Jean de Maurienne avec un sac de sport remplis d'aérosols multicolores.  Heureusement que ce jour-là, la caissière de la quincaillerie GIRAUD était plus gênée que moi et qu'elle n'a pas appelé les gendarmes. 

Comme, maintenant, je suis un père de famille respectable, j'avais acheté, pour ce 26 octobre, juste 4 bombes de peinture, mais beaucoup trop chêres (de l'ordre de 7 € par colories) ce qui, évidemment, m'a beaucoup limité,. 

Mais bon !  C'était une "reprise" !

Grâce à un des jeunes gars bien sympa du collectif  BNT, qui lettre beaucoup dans Grenoble, j'ai appris, qu' aujourd'hui, on trouve des bombes, bon marché dans certaines enseignes de la ville. Merci à lui.

Quand je peignais des trucs comme ça  >>>

La Cène (1986)
dans le milieu des 80's, je me rappelle que je disposais, au moins, d'une cinquantaine de colories dans mon atelier.

Ah mon atelier !

Avec les copains, on appelait ce lieu "Le Labo". 


Si, à l'origine, je le voulais lieu de création artistique. 

Il fut, aussi, le théâtre de grandes et belles fêtes, pendant environ 5 ans. 





De là à dire, qu' avec ma "Factory" à moi, j'aurai pu être une sorte d' Andy Warhol chez les ploucs, 
l'idée m'amuse beaucoup. 




Mais la vie en a décidé autrement, une fois de plus