mercredi 27 août 2008

Grève générale !!!

Je me demande vraiment ce que nous attendons pour riposter aux attaques du gouvernement Sarkozy.

Ce n’est pas en organisant des cortèges bien rangés comme en mai, des grèves du zèle ou de la consommation d’un jour que les choses vont changer.
Ce n’est pas non plus en débattant pendant des heures pour finalement n’aller nulle part, que nous risquons d’être entendus …
Les forces d’opposition sont en train de perdre toute crédibilité aux yeux du pouvoir en place et, plus grave, aux yeux du peuple …
Ceci dit je reste persuadé qu'il faut agir rapidement pour que les citoyens reprennent les rênes de leur avenir et arrêtent d'être victimes d'une organisation planétaire basée sur la productivité et le profit …
Le temps du verbiage est terminé, il faut de l’action et vite !
Il faut une grève générale, un blocage complet de l’économie.

Il faut y aller !

Ne pas évoquer n’importe quelle raison bidon pour se désister.

De toute façon la grève est toujours un sacrifice.
Mais si on laisse faire ce gouvernement, nous serons bientôt tous à la rue.

Le système est aujourd’hui organisé pour que toute rébellion semble impossible à cause du sentiment de crainte véhiculé par les médias, putains du pouvoir en place, mais rappelez-vous aussi qu’il n’y a pas un huissier par français.

Si le peuple de Paris avait réagit comme nous en 1789, nous serions encore en monarchie.
Aujourd’hui, sous prétexte de verni démocratique et de respect des autres, plus personne ne fait rien ...

vendredi 15 août 2008

Couper la tête du roi ! Voila une belle idée !




Mais vouloir tout foutre en l’air est un peu trop radical à mon gout. La destruction matérielle, si elle vient de quelques individus, n’est pas une solution crédible. Ses enfants capricieux, la société les mâte vite et ils finissent en prison ou en hôpital psychiatrique, oubliés de tous.

Les émeutes sont le dernier recours et sont toujours réprimées par l’autorité au pouvoir. En plus, elles n’ont pas l’adhésion du plus grand nombre.
Crois-moi, la violence physique est moins forte que les mots.
La vraie révolution est d’abord dans le verbe.

Faire évoluer les mentalités par la réflexion et non par la force.
Si le combat est dans le mouvement, il doit être celui de la mutation des idées.
Certaines choses doivent rentrer dans les mentalités et la seule façon de le faire, pour moi, est de les colporter, par tous les moyens, à la conscience collective.

Je ne sais pas, tu parlais de violence …
De toute façon la grève est toujours un sacrifice. Mais si on laisse faire ce gouvernement, on sera bientôt tous à la rue.
Comme tu le dis, le système est aujourd’hui organisé pour que toute rébellion soit presque impossible à cause de notre taux d’endettement.
Mais il n’y a pas un huissier par français.

Je te le répète l’action passera d'abord par le verbe.
Il faut que nous colportions la parole révolutionnaire pour faire sortir le quidam de la pensée unique véhiculée par les média, eux même manœuvrés par le pouvoir en place.

Aujourd’hui, sous prétexte de verni démocratique et de respect des autres, plus personne ne fait rien ...