samedi 30 novembre 2013

La plus drôle des créatures


Scorpion [1948] Nâzım Hikmet

Comme le scorpion, mon frère, 
Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d'épouvante. 

Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau
Dans ses menues inquiétudes.
Comme la moule, mon frère,
Tu es comme la moule
Enfermée et tranquille.
Tu es terrible, mon frère,
Comme la bouche d'un volcan éteint.
Et tu n'es pas un, hélas,
Tu n'es pas cinq,
Tu es des millions.
Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau
Quand le bourreau lève son bâton
Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
Et tu vas à l'abattoir en courant, presque fier
Tu es la plus drôle des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Et s'il y a tant de misère sur terre
C'est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous somme écorchés jusqu'au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu'à dire que c'est de ta faute, non
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.

                                       

jeudi 7 novembre 2013

Ultime hommage à Daniel Darc :

Les Enfants : Chanson extraite de l'album posthume de Daniel Darc " CHAPELLE SIXTEEN " (2013)

dimanche 29 septembre 2013

Grenoble : Visées électorales

Dans l'optique des municipales, le maire de Grenoble et le SMTC (société mixte des transports en commun) veulent que la ligne E du tram soit finie très vite.Le chantier permanent, depuis plus d'un an, ne suffisait pas. Voila plus de 15 jours que les riverains de cette future ligne subissent le bruits des travaux,  jours et nuits, comme le montre cette vidéo tournée le 18 septembre vers 22:00 :


C'est comme cela non stop à l'angle Vallier-Jaurès., même le weekend. Personne n'a été prévenu. 
Parfois, les murs vibrent si fort que l'on a l'impression d'un tremblement de terre. Les enfants ne peuvent plus dormir et sont crevés le matin pour aller à l'école.

" Je ne sais pas si c'est un très bon calcul, Messieurs Destot et Safar, mais, comme pas mal de nos voisins,, nous ne voterons plus jamais pour vous. "