Affichage des articles triés par pertinence pour la requête ibanez. Trier par date Afficher tous les articles
Affichage des articles triés par pertinence pour la requête ibanez. Trier par date Afficher tous les articles

jeudi 26 février 2015

Soirée #NOTAV jeudi 26 février à Chambéry




Quand avec un couple d'amis mauriennais, nous sommes arrivés à cette réunion, nous avons plutôt été surpris de n'y trouver qu'une petite vingtaine de personnes. Mais comme nous avions croisé Daniel Ibanez à l'entrée, je savais que cela allait quand-même être une bonne soirée.

Tout d'abord un petit apéro pendant lequel je discute avec Daniel. Il me fait une jolie dédicace de son livre "Trafics en tous genre".
Ensuite devant une salle qui commence à se remplir, un monsieur un peu âgé du collectif NO-TAV SAVOIE nous retrace l'historique du mouvement et celle du projet de la ligne Lyon-Turin.
Durant cet exposé beaucoup de chiffres un peu difficiles à mémoriser sont présentés mais comme les choses sont bien faites, beaucoup de documents et tracts sont aussi à notre disposition.


Un jeune homme nous explique, ensuite, les motivations de la lutte savoyarde ou plutôt leur carence quand on compare la mobilisation ici à celle du coté du Val de Suse.
Pour clore la réunion, la partie " questions & échanges" est animée, les témoignages intéressants, les vécus riches et passionnés.
Cette très bonne soirée au final m'a donné envie de me rendre le samedi 7 mars dès 10 heures à St Michel-de-Maurienne (Rond point de l'ex-Métaltemple) pour une journée d'information sur ces percements de tunnels qui n'apporteraient qu'un peu plus de misère et de désolation dans une vallée déjà bien laminée.  
  

samedi 15 janvier 2022

La pollution de l’air des vallées alpines financée par l’État

Eric Piolle, Maire de Grenoble 
François-Xavier Laffin, Conseiller municipal de Chamonix 
Daniel Ibanez, initiateur de la procédure contentieuse en 2017 
Patrick Bastien, les Amis de la Terre 
Vivre et Agir en Maurienne 
ARSMB

En cette année clé pour le climat, après la condamnation de la France par l’Union Européenne et le jugement du Conseil d’Etat confirmant l’insuffisance d’actions concrètes du gouvernement Français pour protéger la population en améliorant la qualité de l’air, les participant-es reviendront sur les derniers développements des actions judiciaires engagées par des élu-es ou des associations et sur les solutions opérationnelles qui pourraient être mises en œuvre rapidement s’il y avait une réelle volonté politique de protéger les habitant-es. 

Le FDPITMA (Fonds pour l’Intermodalité dans le Massif Alpin) sert-il l’intérêt général en continuant à financer le trafic routier dans la vallée de la Maurienne avec les bénéfices du trafic routier de la vallée de l’Arve à hauteur de 20 millions € par an ? 
Grenoble a porté plainte en 2018 au pénal contre ce détournement de sa mission telle que fixée par le code des transports. 
Des conseillers municipaux de Chamonix, représentés par François-Xavier Laffin, ont déposé le 18 novembre 2021 un recours devant le Tribunal Administratif de Paris contre la convention de financement liant ATMB, SFTRF et FDPITMA qui a organisé ce détournement. Plusieurs associations de défense de l’environnement soutiennent ces procédures et seront présentes pour en témoigner.

mardi 26 avril 2016

Envoyez ces jeunes con(-suméristes) faire le plein à la


Michèle RIVASI, que j’ai eu la chance de rencontrer le 23 octobre, à Chambéry, et le 6 décembre, à Eybens, grâce à Daniel IBANEZ (Notav), dans le cadre des élections régionales, explique que, malgré le " Green Washing " et l' hypocrisie générale de la COP21,  les idées écolos se distillent peu à peu (et surtout chez les enfants). C’est tardif et très compliqué ! Surtout quand on connait la puissance des différents lobbies industriels et l'asservissement de leur larbins politiciens.



La notion même de politique est dépassée face à la catastrophe climatique et écologique qui arriveParce qu'ils ont des enfants, j'ai des amis ” de Droite ” (hé oui !) qui sont bien plus préoccupés par l’avenir de cette planète que pas mal des petits cons-uméristes qui se la pètent grave au volant de leur 4x4 en bouffant des bananes de Casabio.



***

lundi 5 décembre 2016

Lanceuse d'alerte - Salon du livre - Irène FRACHON

Être en avance n'est pas dans mes habitudes, pourtant comme le pote protestant qui m’hébergeait à Paris voulait aller prier ce matin du dimanche 27 novembre 2016, je suis arrivé bien en avance au salon du Livre des Lanceurs d'Alertes organisé par mon ami Daniel Ibanez.
Un soleil froid sur Paris.
Je m'assois d'abord sur un banc pour discuter un peu avec un mec pensif et fatigué sur l'esplanade Roger Linet.




Avec seulement le jus de légume de mon pote crudivore dans le ventre, je n'ai pas spécialement envie de perdre mon temps à philosopher avec quelqu'un qui reste de marbre.

Pour faire court, je lui demande s'il ne se les caille pas trop, à poil comme ça, parce que moi, même avec ma doudoune et ma polaire grenobloise (fabriquée en Chine) je me les gèle grave.
Comme il ne me répond toujours pas, je quitte le gars et rentre dans un café qui s'appelle " le Fidèle ".

Le kawa y est bon. 

En le savourant,  j'observe discrètement et longtemps ce jeune homme au teint livide que deux autres personnes interviewent. Il n'a l'air d'aller très bien, angoissé,  presque dispersé.  

Dans mon dos, une cloison légère me sépare de trois types qui discutent d'un des versets du Coran.

J'ai envie de fumer. 

Tandis que je règle mon café au comptoir, je remarque deux pieds nus qui jouent de manière assez sexy avec le cuir de mocassins bruns. (Je pense être un peu fétichiste des pieds féminins).

Une femme blonde me tourne le dos, elle est entourée de deux gars. 

C'est Irène Frachon ...  

J'ose :  
 
  -  « Madame Frachon ? »
  -  « Oui ? » me répond-elle.
 -  « Je suis désolé de vous déranger en pleine discussion, mais puis-je juste vous dire un mot ... un seul  ? »

        Elle sourit. Je risque un  « Merci, Madame ! »



Quand je sors, un pigeon est en train de chier sur la tête du jeune roi qui bientôt deviendra un travailleur épuisé.


Quelques heures plus tard, je croise à nouveau Irène Frachon dans la grande salle du festival..  

Elle ressemble à un ange, à un être de lumière.
 
Elle me parle de Big Pharma et de sa lutte contre les laboratoires SERVIER.
Je lui raconte ma première hospitalisation, ma souffrance jeune homme quand j'ai du prendre de force  tous ces neuroleptiques, et comment la médication psychiatrique a gâché ce qui aurait dû être les plus belles années de ma vie. 

Je comprends maintenant que c'est pour me remonter le moral qu'elle me montre sur son smartphone, une vidéo de ses enfants qui comme dans le film d'Emmanuel Bercot, la Fille de Brest font de la musique en famille. 

Irène est une belle personne, un très belle personne. 

samedi 7 mai 2016

City of the Death


En 2014, j''ai fait beaucoup d'influencing sur internet en faveur d' Eric Piolle avant et pendant la campagne qui l'a fait devenir Maire de Grenoble (Il était à l'origine largement outsider).
Depuis, je le croise plusieurs fois par semaine, lors de meetings ou simplement dans les rues de la ville. Je pense qu'il est un bon Maire. Malgré une tache énorme et les ravages de la trop longue et malhonnête gouvernance socialiste il semble avoir gardé une certaine naïveté. Celle de ceux qui ne viennent pas du sérail des politicards.

De jour en jour, Grenoble change et les actions d'Eric Piolle me plaisent. 

                                                     

Quelques petites choses me font encore râler (je sais si bien râler !) Principalement dans le domaine de la Culture, mais l'Histoire corrigera ces petits bémols. 

Grâce à Daniel IBANEZ avec qui nous avons suivi nos amis cyclistes du NOTAV jusqu'à Valence, j'ai compris que je dois agir plutôt que de gueuler comme un con. 


Pour commencer, en mai, j'ai présenté un projet d'autoroute à vélos à l'occasion de la Ruche aux projets participatifs 2016. Assez bizarrement (et à 3 points prêts) il a été changé de catégorie au dernier moment (petits projets vers gros projets) et pendant la présentation la vue ci-dessus n'a pas pu être projetée alors que tout mon argumentaire était basé sur elle. Comme on le voit sur la vidéo, j'en ai été fort dépité et passablement énervé pendant la présentation au public.





Malgré tout cela, il ne me manquait que 3 points (sur 250) pour que le projet soit validé. Dommage !