société du désespoir my beautifull selfish rock'n'roll phase3 grenoble thephase3 nucléaire Voodookids écologie art économie mes voyages france politique punk NOTAV capitalisme musique peinture consommation crise fukushima vidéos Italie culture diesel pollution USA croissance décroissance rock révolution graffiti savoie bilbo camions #SonoErri GREffiti RIP maurienne élections europe japon psychiatrie ZenPunk electeurs i-Roads piolle résistance st jean de maurienne urbanité villes voiture Atypik police électricité Basquiat cyberpunk guitare la norma libéralisme locomotion loulou lyon sarkozy 5 stelle By Ha:mo Coms Marilou NYC Villeneuve drogue grève générale kraftwerk montagnes schizophrénie Chomsky Elections Européennes Nature Philippe PERRIN anniversaire bashung cgt country david lynch england histoire du nucléaire lobby mafia montagne municipales phreadz réforme sexe ski suisse 9/11 Halloween Jeremy Rifkin Lennback Rabhi allemagne berlin boycotes cuba festival immobilier johnny cash livre london lynch marc loiseau neige parabellum paul jorion ressources subprimes the ramones tram tuiles wall street 1991 Amy Winehouse Bernard Lavilliers Daniel Darc Ensor H1N1 Higelin Hollande Iran Irène Franchon Joseph-Joseph Pacôme La Belle Electrique Lanceurs d'Alertes Les Dogs Matisse Mélenchon Paris Paul ARZENS Richard Blues Régionales2015 SwissLeaks Tchat TramE Trierweiler Van Gogh amsterdam barcelona bettencourt blade runner bluebob bouck'n'roll bulle cater caterpilar catterpillés chevaux chevrolet chrysta bell cigarettes covent garden cuisine danse escrime gainsbourg gallotta georges rey grippe A guerre jacno kidult larrouturou le zize low cost macba mc2 mediapart occupy oth photographies pil prison radioactivity ramones religion russia salut les anges schultz seesmic spain stiegler the Stooges the clash the cramps tiil vacances vercors woerth

mardi 1 novembre 2016

“ Most Young Kings Get Their Heads Cut Off ”

" La plupart des jeunes rois auront la tête coupée. " Jean-Michel Basquiat 


En 1991, je tentais de reprendre mes études à l'école des Beaux-Arts de Grenoble. J'ai eu la chance d'y rencontrer ce petit gars trapu, rigolo et dynamique. Je crois me rappeler qu'il suivait plus où moins les cours en 5ème année, alors que je tentais de valider un premier cycle que j'avais dû abandonner en 1985 pour cause d' hospitalisation. Je ne suivais que très peu les cours. J'étais plus occuper à peindre dans une des salles de l'école que j'avais assez sauvagement investie. Les autres élèves se plaignaient de ma présence et du raffut que je faisais. Je produisais, avec rage, quelques toiles.
Je pense que, depuis, elles ont dû être détruites :



Parmi les rares personnes qui appréciaient mon travail, il y avait ce black costaud, grand fan de peinture new-yorkaise avec qui j'aimais discuter peinture et musique. Il était très enthousiaste vis à vis de mon travail. Un soir, il m'a donné 2 feuilles sur lesquelles, d'une écriture, belle mais raturée, était calligraphié le texte suivant :

« Un jour que je faisais le tour des salles de l’école des Beaux-arts de Grenoble, je fus saisi par le travail de Pierre-Louis, alias phase III. L'intéressant, dans cet espace est l'impression que tout fait partie de son œuvre. Je trouve une certaine rythmique du corps, une simplicité qui est traduite en « body language » par lui. Rappeur d’aujourd’hui, phase3 est un tagueur, un vrai. Son travail est de l’ordre de la performance. Il fait du direct, du live, de l’ordre du Straight Language. phase3 invite le spectateur à la danse, au mime dans l’espace, avec une certaine dose d’humour. L’humour qu’a l'ego triomphant, comme dans l’œuvre de Jean-Michel Basquiat. Dans son travail réside une certaine pureté, modestie. C’est peut-être là qu’est la force intérieure de son corps blanc ouvert ».

Excuser du peu, de la prétention du peu ! Ce soir là, pour le remercier, je l'invitai à boire un verre ou deux dans un bistro proche de l'école. Comme à l'époque, j'avais pu emprunter le caméscope de mon père, il en subsiste cette vidéo :



Oui, la Plupart des jeunes Rois auront la Tête Coupée. 

Peu de temps après, n'arrivant pas à me décrocher des psychiatres auxquels mes chers parents m'avaient confiés, je suis retombé malade tandis que Pacôme, lui, montait à Paris.



La crainte d'être expulsé l'a contraint à peindre dans la rue, l'alcool aussi. Il est devenu SDF en 1998.



Exténué et dépossédé de son oeuvre, il est mort le 16 octobre 2003, à 38 ans, en phase terminale d'un cancer généralisé. Sa côte flambait alors sur le marché de l'art.

Quand, plus tard, j'ai appris son décès, j'ai collé les 2 feuilles du texte qu'il m'avait donné sur deux feuilles format raisin et je les ai massacrées ... 


Visible actuellement à l'exposition de l'ATYPIK? 10 place Edmond Arnaud à Grenoble


R.I.P. man !


Voici quelques unes des dernières œuvres de Pacômes :







Sources : 




Enregistrer un commentaire