lundi 9 juin 2008

Méchante envie de rire


e me réjouis presque aujourd’hui de voir dans quel bordel vont être ceux qui ont cru au «rêve» véhiculé par les politiques, les médias, la société de consommation et les arnaqueurs en tout genre.

Après avoir définitivement rongé tout ce qui leur restait comme esprit critique, comme espérance dans une vie de partage et finalement dans un monde meilleur, tous ont préféré bêtement adhérer à la sacro sainte «pensée unique» que j’ai si souvent décrié ici, le consensus de l’intérêt personnel et le culte de leur petite personne.

Mais il y a un hic !

Aujourd’hui, la crise que je prophétise depuis plus de 5 ans est arrivée et les plus modestes vont en pâtir.
Les plus modestes ? Sûrement, mais la majorité des crétins aussi. Tous ceux qui ont voulu péter plus haut que leur cul. Tous ces péquenots avec leur villa de lotissement minable à chaille et leurs 3 voitures à crédit sont condamnés à bouffer, au mieux, des nouilles ou des patates jusqu’à la fin de leur vie.
Finis, même les vacances au VVF de Palavas-les-Flots.
Finis, même les menus enfants quand on allait au restaurant … Même ça c’est devenu trop cher.

Nombre de ménages ayant cru en la société du crédit et de la consommation commencent à comprendre que les arbres n’iront pas jusqu’au ciel et sont maintenant endettés à vie.

Je ne les plains pas.
Mort de rire quand je vois ceux-là même qui ont voté Sarkozy demander à l’état une aide pour payer leur gas-oil.
Mort de rire, encore, quand ils me disent qu’ils n’ont pas les moyens de faire grève. Qu’ils ont trop d’échéances en début de mois.
Oui, ils commencent à comprendre, qu’il y a un peu plus d’un an, ils ont voté pour le libéralisme et le capitalisme purs et durs.

Aujourd’hui, un modèle de société s’écroule mais il est trop tard.
Enregistrer un commentaire