mardi 17 juin 2008

Vive le gas-oil à 5 €uros !


Ces gros culs qui pourrissent notre air veulent être subventionnés par nos impôts. Et après, on s’indignera quand le gouvernement chinois fait payer les balles du peloton d’exécution aux parents du condamné.

lundi 9 juin 2008

Méchante envie de rire


e me réjouis presque aujourd’hui de voir dans quel bordel vont être ceux qui ont cru au rêves véhiculé par les politiques, les médias et les arnaqueurs en tout genre.

Après s'être fait ronger ce qui leur restait d'esprit critique, tous ont préféré, bêtement, adhérer à la sacro sainte «pensée unique», au mirage de l’intérêt personnel et au culte de leur petite personne.

Mais, maintenant, ily  a un hic !

Aujourd’hui, la crise que je pressent depuis plus de 5 ans est arrivée et, malheureusement, ce sont les les plus modestes qui vont en pâtir.
Les plus modestes ? Sûrement, mais la majorité des crétins aussi.
Tous ceux qui ont voulu péter plus haut que leur cul. Tous ces péquenots, avec leur villa de lotissement minable à Perpète-les-Oies et leurs 3 voitures à crédit, sont condamnés à bouffer, au mieux, des nouilles ou des patates jusqu’à la fin de leur vie.
Finies, les vacances au VVF de Palavas-les-Flots, les menus enfants quand on allait au restaurant … Même ça c’est devenu trop cher.

Nombre de ménages ayant cru en la société du crédit et de la consommation commencent à comprendre que les arbres n’iront pas jusqu’au ciel et sont maintenant endettés à vie.

Même si je sais que ce n'est pas cool, je ne les plains pas.

Mort de rire quand je vois ceux-là même qui ont voté Sarkozy demander à l’état une aide pour payer leur toxique gasoil. Mort de rire, encore, quand ils me disent qu’ils n’ont pas les moyens de faire grève et qu’ils ont trop d’échéances en début de mois.
Mort de rire car ils commencent à comprendre, qu’il y a un peu plus d’un an, ils ont voté pour le pire des libéralismes.

Un modèle de société s’écroule mais il est trop tard.

mardi 27 mai 2008

Grève générale !

Tous les secteurs sont prèts à bouger. Mais le temps presse, le gouvernement ne nous écoute pas, nous méprise et nous mène dans le mur. Nous devons maintenant réagir plus fortement pour un changement de politique total en matière d'éducation notamment.

C'est pourquoi, je vous demande de discuter autour de vous de la perspective d'une grève générale et illimitée dans tous les secteurs le plus rapidement possible. La base doit forcer les organisations syndicales à agir dans la durée pour un rapport de force efficace.

Aujourd'hui, la situation est plus que grave. Le président et son gouvernement ont dépassé les limites acceptables et ont déclaré la guerre.

Réagissons de la façon la plus forte !

lundi 26 mai 2008

Nerf Ulnaire :

Si je n’avais rapidement vu un spécialiste voici comme les choses auraient très vite tourné, le nerf ulnaire commandant l’auriculaire et la dernière phalange de l’annulaire.



Le médecin du travail de ma boite est un gros nul, un planqué, une merde humaine, un moins que rien. Il part à la retraite bientôt.
Qu’il crève !

lundi 19 mai 2008

J’avais trop hâte

Ça c’est mal passé.
La cicatrisation n’était pas parfaite et quand l’infirmière a enlevé les 4 derniers points (ceux du haut) la plaie s’est ré ouverte.
Elle a vite mis du streep pour recoller les 2 bords mais je sens que ça va être la merde.
Moral en baisse !
La bonne nouvelle, c’est que l’ascenseur fonctionne. Ce matin, Bilbo a du descendre les 9 étages à pied avec Loulou pour l’emmener chez la nounou.

lundi 28 avril 2008

Lésion du nerf ulnaire :




Depuis le 22 février, je ressens des fourmillements dans les doigts extérieurs de la main gauche.

Pendant 2 mois, cela me stresse pas mal. Je ne peux plus jouer de guitare. Je suis obligé de suspendre les leçons avec Philippe LENNBACK.

Grâce au Docteur BERNARD, mon généraliste, une investigation est engagée.

Le 25 mars, je passe d’abord un électromyogramme qui révèle qu'il s’agit d’une lésion du nerf ulnaire au niveau du coude, certainement due à ma position de travail car je contrôle des cartes électroniques en appui sur mes coudes pratiquement toute la journée.

Ce matin, je viens de voir un spécialiste de la main, le Docteur COCHU.

Il veut agir vite car la lésion semble importante. Il vient de programmer une intervention chirurgicale (qui consiste à libérer le nerf dans son canal).
Je serai hospitalisé le mardi 6 mai, opéré le 7.
Si tout se passe bien je sortirai le 8 avec une gouttière à porter pendant un mois et un arrêt maladie de la même durée.

dimanche 13 juillet 2003

Cuba Libre

Je me rappelle du sourire malin et bienveillant du vieil homme, quand à la buvette du Summum de Grenoble surchauffé, il entendit mon " está frío " et de son " hace mucho calor ". 

Ce n'était vraiment la manière dont les hispanisants parlent de la météo avec le verbe " avoir " qui était importante dans ce court échange mais le souvenir de notre voyage à la Havane en 1989 :



Lui-même était déjà la mise en abîme des récits de papa qui, lui, avait eu la chance de prospecter à Cuba au début des années 70. 




"Adiós ! " Hombre sincero de donde crecen las palmas. 
" Hi ! " obèse serviteurs des Gringos,  prêts à tout pour le tourisme de masse et le capitalisme.
" Adiós amigo .... "

***

vendredi 17 octobre 1986

Le LABO de 1986 à Saint Jean de Maurienne

1986 : Peu de temps après ma première hospitalisation, par l'intermédiaire d'un copain et d'un prête syndicaliste, je récupérai un ancien local des scouts de France pour y peindre.



Avec les copains, on appelait cet atelier  " Le Labo ". 
Il fut, aussi, le théâtre de grandes et belles fêtes, pendant environ 3 ans. 





Dire, que le Labo était ma "Factory" à moi et que j'étais une sorte d' " Andy Warhol chez les ploucs " est une chose qui m'amuse encore beaucoup.

Moins drôle est le nombre réduit des copains de l'époque encore en vie aujourd'hui.

               R.I.P. !