société du désespoir my beautifull selfish rock'n'roll phase3 grenoble thephase3 nucléaire Voodookids écologie art économie mes voyages france politique punk NOTAV capitalisme musique peinture consommation crise fukushima vidéos Italie culture diesel pollution USA croissance décroissance rock révolution graffiti savoie bilbo camions #SonoErri GREffiti RIP maurienne élections europe japon psychiatrie ZenPunk electeurs i-Roads piolle résistance st jean de maurienne urbanité villes voiture Atypik police électricité Basquiat cyberpunk guitare la norma libéralisme locomotion loulou lyon sarkozy 5 stelle By Ha:mo Coms Marilou NYC Villeneuve drogue grève générale kraftwerk montagnes schizophrénie Chomsky Elections Européennes Nature Philippe PERRIN anniversaire bashung cgt country david lynch england histoire du nucléaire lobby mafia montagne municipales phreadz réforme sexe ski suisse 9/11 Halloween Jeremy Rifkin Lennback Rabhi allemagne berlin boycotes cuba festival immobilier johnny cash livre london lynch marc loiseau neige parabellum paul jorion ressources subprimes the ramones tram tuiles wall street 1991 Amy Winehouse Bernard Lavilliers Daniel Darc Ensor H1N1 Higelin Hollande Iran Irène Franchon Joseph-Joseph Pacôme La Belle Electrique Lanceurs d'Alertes Les Dogs Matisse Mélenchon Paris Paul ARZENS Richard Blues Régionales2015 SwissLeaks Tchat TramE Trierweiler Van Gogh amsterdam barcelona bettencourt blade runner bluebob bouck'n'roll bulle cater caterpilar catterpillés chevaux chevrolet chrysta bell cigarettes covent garden cuisine danse escrime gainsbourg gallotta georges rey grippe A guerre jacno kidult larrouturou le zize low cost macba mc2 mediapart occupy oth photographies pil prison radioactivity ramones religion russia salut les anges schultz seesmic spain stiegler the Stooges the clash the cramps tiil vacances vercors woerth

samedi 30 novembre 2013

La plus drôle des créatures


Comme le scorpion, mon frère,
Tu es comme le scorpion
Dans une nuit d'épouvante.

Comme le moineau, mon frère,
Tu es comme le moineau
Dans ses menues inquiétudes.
Comme la moule, mon frère,
Tu es comme la moule
Enfermée et tranquille.
Tu es terrible, mon frère,
Comme la bouche d'un volcan éteint.
Et tu n'es pas un, hélas,
Tu n'es pas cinq,
Tu es des millions.
Tu es comme le mouton, mon frère,
Quand le bourreau habillé de ta peau
Quand le bourreau lève son bâton
Tu te hâtes de rentrer dans le troupeau
Et tu vas à l'abattoir en courant, presque fier
Tu es la plus drôle des créatures, en somme,
Plus drôle que le poisson
Qui vit dans la mer sans savoir la mer.
Et s'il y a tant de misère sur terre
C'est grâce à toi, mon frère,
Si nous sommes affamés, épuisés,
Si nous somme écorchés jusqu'au sang,
Pressés comme la grappe pour donner notre vin,
Irai-je jusqu'à dire que c'est de ta faute, non
Mais tu y es pour beaucoup, mon frère.



Nazim HIKMET, 1948.

Enregistrer un commentaire