dimanche 22 février 2009

Lux Interior est mort :

2009 ne sera pas uniquement l’année la plus craignosse pour l’économie depuis que le capitalisme existe. Il promet d'être merdique pour le rock, aussi. Après le décès de Ron Asheton des Stooges, j’ai appris hier (seulement) la mort de Lux Interior, le 4 février, co-leader avec Poison Ivy, sa guitariste de femme, des mythiques Cramps, victime de problèmes cardiaques.
Je me souviens avoir vu le groupe à l’Elysée-Montmartre, il y a quelques années, lorsque Bilbo travaillait à Paris.
Une soirée qui a marqué nos vie. Lux était un vrai rocker, et, sur scène, ça se voyait :
Je me rappelle qu’entre chaque morceau, il s’envoyait une bouteille de côte du Rhône, pratiquement cul-sec, sous le regard désapprobateur de celle qui demeure, pour moi, la plus sexy des guitaristes. S’il est vrai que le mec répandait pas mal de pinard autour de lui, il a quand même fini le concert, son pauvre futal de latex noir complètement lacéré, et … les couilles à l’air (!!!)
Enregistrer un commentaire